Save an innocent life France

L'affaire.

Aux petites heures d'un matin de novembre 2001, à l'est du Texas, 5 personnes prennent une voiture pour un court voyage à Longview.24 heures plus tard, deux hommes étaient morts et trois autres étaient en garde à vue pour meurtre.

 

Les personnes en garde à vue étaient deux meilleurs amis et un adolescent qui avait 18 ans depuis 4 mois et qui connaissait les deux autres depuis un court laps de temps.

Les deux meilleurs amis firent des arrangements (non signés au moment du procès) pour déclarer que l'adolescent était celui qui avais commis les meurtres.

Il y a deux choses qui motivent un procureur à laisser des arrangements non-signés avant un procès. 

La première est la divulgation. Un arrangement doit être divulgué au jury, si la déclaration n'est pas signée, alors il est normal pour le jury de penser qu'il n'existe pas d'arrangement, et donc cet arrangement ne fait pas  partie du jugement.

La deuxième, et celle dont on parle le moins: le procureur garde ainsi le contrôle sur le témoignage.

L'adolescent était Clinton Young et les preuves qui ont conduit à sa condamnation à mort sont : les témoignages mensongers des deux meilleurs amis, une recherche de la police et un casier judiciaire de délinquant juvénile datant de l'époque où Clinton était baladé de parent en parent et de famille d'accueil en famille d'accueil .

"les preuves au delà du doute raisonnable"sont le standard pour une inculpation.Le procureur a atteint celles-ci en se basant sur les mensonges d'un des coaccusés. Cet homme a raté un test au polygraphe (détecteur de mensonges) devant son propre avocat et devant l'enquêteur du bureau du procureur.

Pourtant le procureur l'a tout de même appelé en tant que témoins et la poussé à réitérer son témoignage plus que douteux.Cela s'appelle une faute de procuration. D'un point de vue éthique, il est illégal pour un avocat ou un procureur de laisser témoigner une personne s' il sait que ce témoignage est mensonger.

"la prépondérance de preuves", est le standard pour la question de la peine de mort et la dangerosité future potentielle d'un accusé. Apparemment le Texas possède une boule de cristal et sait deviner à l'avance si un accusé  sera dangereux à l'avenir.

Lorsque le jury pense, durant la phase de punition d'un procès pour crime capital, que l'accusé pourra commettre des crimes de derrière les barreaux, alors la condamnation à mort est donnée.

 

 

Introduction à l'affaire par Clinton .

Janvier 2009.

Au moment où j’écris ces lignes, durant les 7 dernières années, j’ai été retenu à l’unité Polunsky, où se trouve le célèbre couloir de la mort texan.

L’affaire ayant résulté en ma condamnation à mort s’est déroulée fin novembre 2001. J’avais 18 ans et 4 mois à ce moment.  Des 4 personnes impliquées, j’ai été la seule à être condamnée à mort. Ce fut au travers d’une série de demi-vérités, de mensonges grossiers, et de mythes fabriqués par les procureurs d’état et les politiciens qui dépendent d’un peuple apeuré pour gagner des voix électorales.

Ma propre ignorance, mon faible statut socio-économique et le refus de coopérer avec la police ne m’a aidé d’aucune manière. J'ai eu foi dans le système de justice à un certain degré. Je n'avais aucune idée des mesures que les procureurs prendraient  pour obtenir une sentence de mort à mon encontre.

À Midland, aucun procureur n’a réussi à obtenir une condamnation à mort en vingt-ans. Le procureur en chef dans mon cas, qui a pris sa retraite depuis, a été dans l'incapacité de faire un autre condamné à mort quelqu’un d’autre après moi.

L'État du Texas a un long passé d’utilisation de la peine de mort. Le Texas est connu pour être «dur avec les criminels." Malheureusement cette politique dépassée de condamner à tout prix, a entraîné de nombreuses personnes innocentes, des dépenses, d'innombrables années de prison. Dallas, Texas, là elle seule a eu plus de vingt hommes,  à avoir été innocentés après leur peine de prison . Cette culture de la punition contre le crime du Texas a influencé procureurs de l'État à lutter en faveur de peines les plus sévères. Quelle punition est plus sévère que la mort ?

Il y avait réellement une récompense donnée aux procureurs qui pourraient obtenir une condamnation à mort. Elle a été appelé "la récompense de la société de l’aiguille d’argent" .c’était une aiguille sur une plaque, représentant la condamnation à mort. Ces fonctionnaires de l'État en ont fait un type de jeu!

Le Texas exécute plus de personnes que le reste des pays du monde combinés. Il est le leader mondial  des exécutions derrière la Chine, l'Arabie saoudite, l'Iran et le Pakistan. Actuellement l'Europe n'ayant pas la peine de mort, l’Amérique est le seul pays dans le monde occidental à avoir la peine de mort.

Ceci n’est pas exactement sur la peine de mort, l’accent doit être mis sur la justice en général.

La constitution des États-Unis est le document de contrôle de la société américaine. Le gouvernement est divisé en trois branches: le judiciaire, le législatif et l'exécutif. Ce n'est donc pas une seule entité qui peut être un élément d'oppression dans la société américaine. Ces trois branches forment un système de freins et de contrepoids au sein du gouvernement. Toutes les branches ont le droit d'agir en conformité à la Constitution. Beaucoup d'Américains se battent très dur et dépensent des millions pour protéger leur deuxième amendement. Le deuxième amendement  est la partie de la Constitution qui accorde à un citoyen américain le droit de porter une arme (de posséder une arme). Beaucoup d'Américains semblent oublier les autres amendements. En tant américain, vous ne pouvez pas choisir les lois que vous voulez suivre. Vous ne pouvez pas vous plaindre que quelqu’un empêche votre liberté d’expression et ensuite rejeter le droit d’une personne à un procès équitable. Ce pays est gouverné par la règle de loi, et non pas la loi de la règle. La Constitution est document de tout ou rien. C'est avec cette pensée que S.A.I.L a été créé. Vos opinions sur la peine de mort n'ont pas de sens dans le souci de l'image globale.

La peine de mort n’est pas un jeu mais une réalité pour moi. L'injustice dans mon cas a des conséquences fatales! Même si  j'ai fait beaucoup d'erreurs dans ma vie, je n'ai jamais tué personne!

Les renseignements suivants sont fournis au le lecteur pour montrer comment mon procès était inéquitable. J'ai dû composer avec des enquêteurs criminels incompétents. J'ai dû faire face à l'inconduite de la police, les procureurs interférant directement avec ma la capacité de mes avocats à me défendre, les procureurs mentant devant la cour et les faux témoignages. Des récompenses cachées et des arrangements secrets donnés contre des faux témoignages. Des attaques sur mon caractère pour me faire apparaître comme un tueur manipulateur, violent et impitoyable.

Quelques une des déclarations faites par ceux qui ont témoigné étaient hallucinantes et  choquantes de par leur fausseté.

Vous verrez par vous-même comment des témoins changent leur version des faits au milieu de leur témoignage, comment un ancien officier correctionnel de la prison pour délinquant ment ouvertement à mon sujet. J’ai les preuves de tout cela maintenant.

Oui, j’avais un casier judiciaire de délinquant juvénile. Vous pourrez lire à ce sujet. J'ai été envoyé en prison pour mineurs pour le vol d'une arme à feu, le cambriolage d'un bâtiment, le cambriolage d'une habitation, un vol de voiture, indécence envers un mineur  et des voies de fait avec blessures corporelles. Chacun de ces crimes sont très graves. Bien que beaucoup sont trompeurs dans la classification des événements. Vous pourrez lire dans le témoignage de mon agent de probation, la façon dont le propriétaire de la voiture qui a été volée ne voulait même pas porter plainte contre moi. Le vol d'une arme à feu a été le résultat de la prise d'un pistolet, qui appartenait à ma mère et beau-père avec l'intention de le vendre. Les crimes énumérés ont tous eu lieu quand j'avais quatorze ans. C'était une période vraiment turbulente de ma vie, pleine de conflits internes et une relation chaotique avec mes parents. Je me suis enfui de la maison à de nombreuses reprises. J’ai même traversé un lac d’un kilomètre et demi de large à la nage, pour m’enfuir à cette époque. La voiture volée l’a aussi été dans le but de fuguer.

Le crime qui a entraîné la plus grande adversité dans ma vie l’indécence envers un mineur. J'avais 14 ans et la victime présumée avait 15 ans. Il était plus âgé et plus grand que moi. En raison du fait qu'il n’avait pas 18 ans, la loi le considérait comme un enfant. Cet ami et moi nous sommes disputés pour un collier brisé. Je portais un boxer et un t-shirt, car je venais de sortir de la douche. Pendant la bagarre mon pénis a glissé dans la fente à l'avant de mes boxer short Je ne l’avais même pas remarqué jusqu’à ce qu’un des gars présents fasse un commentaire la-dessus. Quand il a fait le commentaire tous les autres gars dans la pièce ont regardé, y compris celui contre lequel je me battais. Quand j’ai regardé mon short j’ai fait un commentaire grossier au gars. A cause de ma remarque immature et de l’exposition de mon pénis, j’ai été inculpé. Il existe des lois très strictes, au Texas, naturellement, elles sont encore pires pour les crimes sexuels. Cet incident devenu le point central pour les psychologue et la justice. Dans l'État du Texas un mineur de l'âge de 14 à 17 ans peut être inculpé comme un adulte pour tout délit grave. Une personne aussi jeune que 14 ans peut recevoir la perpétuité dans de nombreux États en Amérique. Cela aussi n’arrive qu’aux Etats-Unis. Lorsque cet incident est arrivé, on m'a dit que je pouvais recevoir 10 ans de prison. J'ai professé mon innocence grâce à l’intention, il n'y avait aucune intention d’abus sexuel. Mon avocat m'a dit que le procureur de l'affaire pourrait m'envoyer à la prison pour mineurs pour une durée minimale de six mois et qu'une fois que j'ai eu 18 ans tout serait effacé de mon dossier pour que je puisse entrer dans l'armée, à condition que je plaide coupable.

Quand je suis allé T.Y.C. J'ai été confronté à une réalité très différente! Si j'avais su la vérité, je n'aurais pas accepté l'accord. J'avais 14 ans et j'avais peur que je serais envoyé à une prison pour adultes depuis dix ans. Ce faisant 6 mois et ensuite ne jamais avoir à vous soucier de rien une fois que j'ai eu 18 ans, semblait trop beau pour laisser passer, si j'ai toujours accepté à contrecœur les termes.

En arrivant au centre de détention pour mineurs, j'ai été informé que j'aurais à purger au moins un an. Je pouvais aussi rester jusqu'à mon 21ème anniversaire. La raison de mon inculpation était le vol d’une arme à feu. Une fois que j'ai été affecté à un travailleur social, elle m'a informé qu'en raison de l’inculpation d’attentat à la pudeur envers un enfant, j'aurais dû m'inscrire comme délinquant sexuel, et avouer ma culpabilité devant une équipe de médecins, et suivre un programme. J'ai refusé. On m'a dit que je ne pouvais pas rentrer à la maison jusqu'à ce que je l’aie fait, alors j'ai commencé à me rebeller. J'ai fini par passer deux ans et demi de prison pour mineurs. Je n'ai pas pu rentrer à la maison jusqu'à ce que ma mère m'ait informé qu'elle avait parlé avec un sénateur qui avait introduit un projet de pour modifier les lois pour les crimes sexuels de mineurs.

 

 

J’avais une maison  et une petite amie qui attendait que je rentre. Je n'avais aucune raison de rester en prison! Même si j’aurai préféré rester en prison et ne plus être considéré comme quelque chose que je n'étais pas! C’est ce que j’ai fait durant deux ans! Quand j'ai accepté les termes des procureurs d'aller au centre de détention juvénile afin d'éviter un procès, on m'a dit que quand je sortirai, je n'aurais pas à m'inscrire comme délinquant sexuel. Les fonctionnaires du centre de détention m’ont dit l’exact contraire. J'ai donc tout simplement refusé de rentrer à la maison, j'ai refusé de rejoindre le programme prévu et mon enregistrement au fichier des délinquants sexuels à été levé. Le procureur m'a informé que si je terminais ma période de probation pour mineur avec succès, il m’aiderait à entrer dans l’armée, j’étais à moins de deux mois et demi de cet objectif quand j’ai été arrêté pour le crime actuel.

 

 

Je n'ai jamais été reconnu coupable de ces crimes, car tout a été résolu au tribunal des mineurs. Ils ne sont plus dans mon casier judiciaire parce que je ne suis plus mineur. Cela signifie que si je suis débarrassé de ces accusations qui m’ont entraîné à me faire envoyer dans couloir de la mort, alors j'aurais un casier judiciaire vierge, je serais alors en mesure d'accomplir tout les objectifs que j’ai toujours voulu réaliser.

Il y a plus que les circonstances concernant mon casier judiciaire juvénile. À l'époque où j'étais inculpé de coups et blessures et attentat à la pudeur, j'ai été enfermé dans des hôpitaux psychiatriques. J'ai été placé dans cet endroit dans un ultime effort pour éviter d'être envoyé à la prison pour mineurs.

Je souffrais de sévères troubles de l’attention et avait été et était toujours sous traitement.  A l’hôpital le chef psychiatre m’avait placé sous adderal, cela a empiré mon comportement. Elle a augmenté me dosage et ça a été encore pire. Ensuite, elle m’a mis sous dexedrine et je fut plongé dans une spirale incontrôlable. Je devais rencontrer le médecin et le thérapeute une fois par semaine. A un moment, au debut que je prenais la dexedrine, j’étais assis devant eux, j’ai pleuré et dit que je ne comprenais pas ce qui n’allait pas chez moi, que je n’étais pas comme ça à la maison.

Ils m’ont traité de menteur et ont dit que j’essayais de les manipuler. Ils ont augmenté ma dose de médicaments. Après ça j’entrais dans des colères noires et ai même dû porter la camisole de force et être sédaté.

Quand j’ai été inculpé pour coups et blessures et attentat à la pudeur, j’ai été retiré de l’établissement.

J’ai arrêté de prendre mes médicaments et suis revenu à la normale, juste un peu hyper actif.

Il y a 5 ans, l’administration fédérale des drogues, qui gouverne les médicaments et produits pharmaceutiques, ont déclaré que la dexetrine devait porter un avertissement car elle peut entraîner des comportements psychotiques.

Je vous encourage à vérifier, l’article est paru dans « usa today ».

C’était il y a 5 ans donc ça peut être difficile à retrouver, je posterai les articles importants ici dorénavant.

 Quand j’étais au centre de détention juvénile, un médecin a décidé de passer un tests sur moi sans me prévenir, il m’a placé sous haute dose de ritalin et a monitoré les résultats.

J’ai eu trois bagarres en une seule semaine ! Il a réalisé que je faisais partie d’une faible portion d’enfant avec un déficit de l’attention qui était un anti stimulant.

Les stimulants me rendent agressifs et aggravent mon impulsivité.

La ritaline est un stimulant, la dexedrine est un stimulant encore plus puissant.

Le médecin m’a ensuite placé sous clonidine,depakote et une faible dose de ritaline, les deux autres drogues contrecarrant les effets secondaires de la ritaline. Tout le monde disait que c’était le cocktail miraculeux pour moi.

Ce que plusieurs gardes du centre de détention pour mineur ont déclaré dans leur témoignage, vous verrez ça ici aussi.

Quand j’étais enfant, au lieu de tester un maximum de thérapies comportementales  sur le long terme pour me guérir, les médecins étaient plus prompts à la « réparation rapide » : me mettre sous médocs !

Par le manque de tests, de vérifications et de contrôles, les médecins étaient incapables de dire que les médicaments étaient la pire chose à envisager pour moi !

 Les procureurs ont essayé de montrer un portrait de moi comme étant une personne dangereuse et violente.

Ils avaient besoin de ça pour pouvoir me condamner à mort, même si tout s’écroule lentement mais sûrement et que la vérité fera surface un de ces jours.

Les mêmes médecins qui m’ont forcé à prendre des drogues pour altérer mon esprit, m’ont accusé pour mes troubles comportementaux.

Alors qu’en réalité ce furent leurs traitements qui entrainaient mes crises et mon instabilité !!!!

 Tout comme boire de l’alcool donne des « bourrés sympas «  et des « bourrés violents », les médicaments ont différents impacts sur nous, nous ne sommes pas tous fait de la même manière, chaque médecins qui vous bourre de pilules sans se poser de questions échoue.

 

Je voulais prendre le temps de parler de mon casier juvénile, car de nombreuses personnes lisent certaines choses et sautent directement aux conclusions. Je voulais aussi démontrer comment le procureur a menti de manière répétée devant la cour d’appel afin de leur faire penser que j’ai commis des crimes que je n’ai jamais fait et aussi d’aggraver les crimes que j’ai pu commettre par le passé.

 

Vous verrez aussi ici comme une victime de coup de feu a été placée parmi les témoins pour témoigner contre moi. Même si après avoir été entendu par mon avocat, il a admis avoir menti et que je n’avais jamais tiré sur lui et que je ne possédais même pas de révolver !

Vous verrez de vos yeux tous ces mensonges, dans certains enregistrements de ce site vous verrez également que j’étais en classe d’apprentissage spécialisé.

Mais si vous lisez un seul de mes blogs vous verrez que je ne suis ni illettré, ni attardé mentalement. J’étais dans une classe spécialisée pour pouvoir être dans un groupe plus petit et apprendre a rester focalisé sur mon travail scolaire. Parce que dans les grandes classes, j’étais vite distrait et je faisais souvent le clown.

 

Vous verrez aussi les lettres que j’ai écrites à la cour ou aux avocats pour essayer d’obtenir des recherches spécifiques sur les preuves matérielles afin de prouver mon innocence.

Vous verrez comme je me suis battu fort à chaque étape des procédés en appel, même si j’ai toujours été éconduit à cause de l’incompétence et  l’ineffectivité des avocats. Vous verrez aussi la façon dont une enquêtrice qui travaillait sur mes appels fumait du crack avec les témoins et était complétement instable. A elle seule, elle a détruit les procédures d’appel de nombreux condamnés à mort.

 

Quelque chose d’autre qui est vrai et clair, tout ce que j’ai proclamé il y a des années est devenu réalité. J’ai informé la cour et mes avocats que si les tests balistiques avaient été faits, ils montreraient que je n’avais pas pu commettre les meurtres. Quand j’ai récolté assez pour les faire faire à mes frais, ces rapports, que vous lirez ici, m’ont clairement lavé des meurtres !

L’expert qui a fait ses rapports est un des meilleurs du pays. Il a été agent de police pour la majeure partie de sa carrière.

 

J’ai besoin de vous, les lecteurs pour m’aider à me battre contre cette injustice. J’ai pu démontrer via les tests scientifiques que j’étais innocent de ces meurtres. Via l’enquête, il fut prouvé que les procureurs ont récompensé mes coaccusés en échange de leurs faux témoignages.

Vous verrez comment l’un d’entre eux qui était inculpé pour meurtre capital s’est vu proposer une peine de seulement 5 ans de prison pour son témoignage à mon encontre.

Un autre de mes coaccusés n’a même jamais été inculpé et quand il était en liberté après les meurtres il a été arrêté pour abus sexuel et traffic de marijuana mais jamais inculpé !

Plus important encore vous verrez comment les procureurs peuvent manipuler la situation et réduire à néant vos chances de défense en manipulant le jury avec des demi-vérités.

Vous verrez combien il est aisé pour un procureur de détruire la vie de quelqu’un.

La croyance est que la personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’est pas prouvée. Il n’y a rien de plus faux !

Vous êtes coupable sauf si vous avez de l’argent ou un avocat honnete pour vous défendre.

 

Deux choses sont vraies : un homme riche ne finit pas dans le couloir de la mort et un politicien pauvre n’est pas élu.

Mon cas n’est pas un cas isolé.

Il y en a beaucoup dans l’histoire de la peine de mort dont le cas relève de l’injustice !

Prenez le célèbre cas de Cameron Todd Willingham, ainsi que la centaine d’homme, plus chanceux, ayant été libéré du couloir de la mort. On a fait croire au jury qu’ils étaient de violents manipulateurs destinés à mourir. La société les a condamnés, seul un bon avocat ou des tests adn irréfutables les ont libérés.

 

Allez voir http://www.theinnocenceproject.org ou http://www.texasexonerees.org . Parcourez les articles sur les personnes emprisonnées à tort, voyez comme els Etats-Unis emprisonnent plus de gens que le reste du monde. Voyez comme le Texas à le plus grand système carcéral du monde et comme il est le troisième avec le plus de prisonniers derrière les prisons fédérales et la Californie.

Regardez et vous verrez que plus de 7 millions d’américains sont en prison, ou en probation ou en conditionnelle en ce moment.

Ensuite vous verrez que 10% des américains ont fait de la prison durant leur vie.

Comparez cela avec les autres systèmes, comme par exemple l’éducation, voyez comme les jeunes américains sont à la traine des autres pays du monde civilisé pour ce qui est de leur éducation.

Pourtant nous sommes les premiers pour le système carcéral ! les Etats-Unis n’éduquent pas leurs jeunes, ils les emprisonnent !

C’est seulement quand le gouvernement n’a plus pu payer les prisons qu’ils ont cherché d’autres solutions !

Des millions d’américains ont été en prison pour des petits crimes comme par exemple la possession de Marijuana, pour moins de 20 grammes !

Les prisons américaines sont parmi les plus violentes dans le monde.

Les gangs de prison et de rue ont explosé au cours de la dernière décennie.

Ce sont les mêmes politiciens qui ont freiné les dépenses éducatives et qui sont les plus outrés du taux de criminalité.

Le Texas est à la traîne du reste des états pour les dépenses éducatives et celles en rapport avec la santé mentale.

 

Quand vous lirez les articles mis à disposition dans la section légale ou dans mes blogs sur ce site, vous verrez à quel point l’injustice est grande.

Je n’ai en aucun cas eu droit à un procès équitable.

Pour cette raison, ma condamnation à mort n’est en aucun cas justifiée.

 

Je vous adresse à tous un plaidoyer pour sauver ma vie !

 

Clinton Lee Young.